• Le Louvre veut placer sur les marchés financiers l'argent d'Abu Dhabi

    LE MONDE | 06.03.08 | Nathaniel Herzberg
     
    Vous pouvez lire l'article sur le Monde.fr
     
     
     
    Après s'être prostitué auprès des riches vendeurs de pétrole, en acceptant de vendre son nom et d'exporter des oeuvres à long terme, le Louvre et en particulier son brillant directeur "financier" (Henri Loyrette, président-directeur du Louvre, en principe conservateur du patrimoine), souhaite placer l'argent reçu en bourse pour le faire fructifier... Nous perçevons déja les résultats d'une telle opération qui se pratique aux Etats-Unis mais qui va être implantée de force en France sans précuations et qui va sans doute coûter à l'Etat français... Les enseignements récents par rapport de la chute brutale de la bourse, ne doivent ils pas freiner ce processus de marchandisation du secteur culturel...
    Juste un raisonnement pour démonter le système libéral dans lequel nos décideurs veulent engouffrer le secteur culturel :
     
    Les Emirats arabes nous vendent un pétrole très cher, de plus en plus cher. ils s'enrichissent de plus en plus, tout en mettant en péril notre économie. Mais grâce à cet enrichissement ils nous versent des sommes colossales pour abuser comme ils l'entendent de notre richissime patrimoine immatériel qui est chez eux néant. Nous nous prostituons en leur offrant tout les services qu'ils demandent en échange d'argent prélevé gagné sur le pétrole qui ruine notre économie. Les sommes qu'ils nous donnent seront placées, mais la stabilité des marchés étant menacés par une économie fébrile, nous risquons de perdre à cause entre autre du prix du prétrole, notre mise placée sur les marchés...
     
    Arrêtons de nous enfermer dans des situations ridicules. Réfléhissons un instant à la situation. Personne ne pourra maintenir qu'elle est favorable à notre culture. Par contre elle est très favorable au monde du fric. Le palmarès des hommes les plus riches du monde nous apprends qu'en France quelques personnes sont illégitimement richissime. Dans une mesure qui dépasse de loin la décence. Et après on nous dit que les caisses de l'Etat sont vides. Ne nous prenons pas pour des idiots. Lorsque Pinault bénéficie d'avantages fiscaux colossaux, alors même qu'il a trempé dans des magouilles très lourdes,  c'est tout simplement intolérable et scandaleux. Ce type de personnage possède plus de 25 milliards d'euros de patrimoine. Soit plus de la moitié du déficit de l'Etat français annuel. La fortune de 2 Pinault par an = compte de l'Etat excédentaire. Des personnages possèdent 25 milliards mais nous préférons l'Etat préfère leur redonner de l'argent par le biais de cadeaux fiscaux, puis s'engager ensuite dans des opérations aux Emirats, légitiment nous dit-on car l'Etat ne peut plus assumer ses responsabilités.
     
    Effectivement lorsque l'on n'a plus la volonté  d'assumer une charge, on fait tout pour montrer que ce n'est plus possible en prenant toutes les mesures pour détériorer la situation...
     
     
     
    GP
     

    votre commentaire
  •  

    L'art / gent

    Spiral Jetty, la célèbre et emblématique intervention artistique de Robert Smithson est menacée par l'implantation d'un puit de pétrole. Cette oeuvre, manipulation d'un morceau de territoir était un signe fort dans le paysage. Signe permettant de mesurer le rapport que l'homme entretient avec son environnement. Une oeuvre condamnée à disparaitre très rapidement à cause d'une activité humaine qui pose avec d'autres critères (économiques) la relation de l'homme à son terrain de jeu. Une proposition monumentale dénuée des problèmes commerciaux, l'oeuvre n'étant pas vendable et niant volontairement tout effet de spéculation, qui est finalement rattrapée par des questions financières...

    Cf Le Monde, mardi 4 mars 2008, par Emmanuelle Lequeux

    http://www.lemonde.fr/culture/article/2008/03/03/la-spiral-jetty-oeuvre-emblematique-du-land-art-menacee-par-un-forage-petrolier_1018186_3246.html?xtor=RSS-3208


    1 commentaire
  •  

    "L'année suivante, il tente de se saisir du sujet auquel se vouent Derain, Matisse et Picasso au même moment, le nu féminin. Tous se mesurent à Cézanne, mort à l'automne 1906. Chez Picasso, l'épreuve suscite Les Demoiselles d'Avignon. Rien de tel chez Vlaminck : ses Baigneuses en restent au stade du pastiche cézannien. Il en est de même des paysages et des natures mortes qui l'occupent jusqu'en 1914".

     

    Le Monde, vendredi 22 février 2008, Philippe Dagen


    votre commentaire
  •   

    L'écrivain Alain Robbe-Grillet est mort

    Article du Monde de ce soir

    http://www.lemonde.fr/carnet/article/2008/02/18/l-ecrivain-alain-robbe-grillet-est-mort_1012928_3382.html#ens_id=1012918


    votre commentaire
  • Le Monde, vendredi 15 février 2008, page 23

    Comment "La Fuite en Egypte" de Poussin n'a pas fui la France

    Résumé des épisodes du dossier mécénat relatif à cette oeuvre.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique